Évènement placé sous l'égide du

Ministère de l'Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique et

du Ministère de la Santé et de la Famille

cer.png
DZIF-logo.png
EDTCP.png
lumc-png.png
oms.png
TDR.png

© 2018 by Okéli Graph'

OK-Graph.png

Le Dr LELL Bertrand est médecin chercheur au centre depuis 1995. Il porte un intérêt particulier à l’évaluation des études sur le paludisme et aux études épidémiologiques sur diverses maladies infectieuses.

 

Il supervise les activités de gestion et d'analyse de données au CERMEL et dirige le projet du suivi démographique et de santé, dans la ville de Lambaréné et ses environs.

 

Groupe de surveillance démographique et sanitaire

Groupe "Immunologie sanitaire"

Le groupe de recherche du Dr McCALL Matthew se focalise sur l'immunologie des maladies tropicales causées par des parasites.

 

L’objectif à long terme est de comprendre le développement sous-optimal de l'immunité protectrice contre le paludisme chez les enfants africains et de trouver le moyen d'y remédier. En effet, cela peut être étudié de manière variée dans le contexte d'une infection acquise naturellement, par des essais vaccinaux antipaludiques à base de sporozoïtes entiers atténués, et par des études contrôlées d'infection par le paludisme humain (CHMI). Une meilleure compréhension de ce point sera cruciale pour la conception rationnelle des vaccins antipaludiques de nouvelle génération, avec une efficacité améliorée par rapport au vaccin RTS, S actuellement approuvé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ailleurs, un autre sujet d'étude est l'immunomodulation provoquée par la Loa loa, une maladie tropicale négligée appelée aussi «ver de l'œil». Les filaires adultes en migration sous-cutanée et un nombre important de microfilaires peuvent survivre pendant de nombreuses années chez des personnes touchées présentant une faible immunité, quoique le traitement administré puisse déclencher des réponses inflammatoires potentiellement dangereuses.

 

Ainsi, la mise au point d'une «arme à double tranchant» immunologique pourrait contribuer à améliorer non seulement la gestion de la loase, mais aussi la sécurité des campagnes d’administration massive de médicaments contre d’autres maladies filariennes.

Groupe "ACT 4GH"

Depuis 2016, le Dr MOMBO NGOMA Ghyslain est responsable d'une équipe de recherche au CERMEL. Celle-ci, dénommée ACT 4GH, a pour ambition d'agir pour la santé globale au moyen du développement d'antimalariques. L'équipe s'est forgée autour des 10 années de contribution scientifique de son leader, dans le développement clinique des antimalariques.  Ensemble, ils ont contribué entre autres au développement de nouveaux antimalariques tels que la fosmidomycine ou la ferroquine, mais aussi les produits KAF154 et KAE609. Les travaux ciblent la santé maternelle et infantile, ainsi que les infections parasitaires.

Sur le plan institutionnel, le Dr MOMBO NGOMA est le responsable du comité d'éthique institutionnel du CERMEL, pour lequel il a obtenu un financement de l'EDCTP en 2012, contribuant principalement au renforcement des capacités.

Par ailleurs, le Dr MOMBO NGOMA a pris part à la création d'un centre de recherche partenaire, situé dans la ville de Fougamou.

Groupe "Biomédecine et

sciences sociales"

L'équipe de recherche "Biomédecine et sciences sociales" a pour ambition de contribuer à la production de savoirs et de savoir-faire capables d'améliorer la santé et le bien-être des populations en Afrique subsaharienne. Ses travaux participent de l'effort de mieux comprendre la physiopathologie des maladies et du développement d'interventions, ainsi que leur déploiement.

Les activités de l'équipe se subdivisent en deux pôles complémentaires :

 

  • La biomédecine

 

Ce pôle se compose de 4 axes intégrés de recherche :

  1. l'activation immunitaire ;

  2. les techniques diagnostiques et les interventions basées sur les réponses de l'hôte humain ;

  3. la recherche vaccinale : caractérisations des réponses induites par les vaccins et développement de nouveaux vaccins ;

  4. les interventions de santé publique et l'action sociale.

 

  • Les sciences sociales

 

Il se compose de 3 axes intégrés de recherche :

  1. l'évaluation et la territorialisation de la recherche biomédicale par les sociétés en Afrique subsaharienne ;

  2. la compréhension et l'amélioration des indicateurs scientométriques en Afrique subsaharienne ;

  3. l'impact des données de recherche produites en Afrique subsaharienne sur le développement socio-économique du continen