Évènement placé sous l'égide du

Ministère de l'Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique et

du Ministère de la Santé et de la Famille

cer.png
DZIF-logo.png
EDTCP.png
lumc-png.png
oms.png
TDR.png

© 2018 by Okéli Graph'

OK-Graph.png

Le laboratoire de Tuberculose

Depuis son lancement en 2009, le laboratoire de Tuberculose du CERMEL a acquis un savoir-faire de niveau international. Celui-ci inclut le diagnostic microscopique (microscopes ZN et à fluorescence), le diagnostic de certitude basé sur la culture sur milieux liquide (MGIT) et solide (LJ), mais aussi les techniques moléculaires de diagnostic  [Gene Xpert et Line Probe Assays (LPA)] et de sensibilité aux antituberculeux (DST).

 

Le laboratoire conduit une étude épidémiologique, prospective de la tuberculose dans la région du Moyen-Ogooué.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le laboratoire de Tuberculose du CERMEL appuie le Programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT) comme membre du réseau des laboratoires nationaux de référence, en effectuant le diagnostic de routine pour les hôpitaux de la région, ainsi qu'à l'échelle nationale. 

En outre, le laboratoire contribue à la formation d'étudiants et de professionnels nationaux et internationaux.

 

Il est membre des réseaux de recherche PanACEA (http://panacea-tb.net) et CANTAM (http://www.cantam.org), au sein desquels il va sous peu conduire un essai clinique vaccinal.

Le laboratoire de Microbiologie

Le laboratoire de Microbiologie analyse des échantillons provenant des essais cliniques du CERMEL, mais aussi ceux de tous les services de l'hôpital Albert Schweitzer.  À la suite de ces analyses, nous avons observé une forte prévalence des résistances des pathogènes aux antibiotiques y compris à la troisième génération des céphalosporines. Cette réalité nous a motivé à initier un réseau de lutte contre les résistances antimicrobiennes en Afrique centrale, dont le premier atelier a eu lieu au CERMEL, à Lambaréné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre axe de recherche du laboratoire de Microbiologie concerne l'épidémiologie et la pathogenèse de la bactérie Staphylococus aureus, dont nous avons montré que la transmission, la colonisation et les facteurs de

virulence vis-à-vis de l'hôte humain diffèrent chez les Africains en comparaison des Européens.