Évènement placé sous l'égide du

Ministère de l'Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique et

du Ministère de la Santé et de la Famille

cer.png
DZIF-logo.png
EDTCP.png
lumc-png.png
oms.png
TDR.png

© 2018 by Okéli Graph'

OK-Graph.png

1ère Journée de

Travaux Scientifiques

Les travaux ont effectivement débuté le 09 Octobre 2018 à 09h par une session plénière rendant compte de l'état des lieux concernant la pratique des essais cliniques en Afrique sub-Saharienne.

Il est ressorti de cet état des lieux que le nombre d'essais cliniques effectué sur le continent est en constante augmentation depuis 1960 et que l'activité se structure et se densifie au fil du temps. La majeure partie des essais cliniques conduit sur le continent se font dans le cadre de collaborations internationales avec des institutions académiques et firmes pharmaceutiques occidentales. Il apparait que ces dernières les conçoivent, les enregistrent, les financent, en assurent les taches les plus complexes (tests de laboratoires, analyse statistiques…). Aussi, ces institutions occidentales sont le plus souvent les « propriétaires » des essais cliniques conduits en Afrique sub-Saharienne. De même, les articles scientifiques à fort impact scientifiques et partant á fort potentiel d´influencer les décisions et politiques sanitaires et la production de bien de santé sont le plus souvent signés en premier auteur par les chercheurs de ces institutions occidentales.

Des disparités existent entre sous-régions de l’Afrique sub-Saharienne, la pratique des essais cliniques étant bien plus ancrée en Afrique du Sud et de l'Est, moyennement en Afrique de l'Ouest, l'activité relative aux essais cliniques étant plus marginale en Afrique Centrale. L'orateur a cependant demandé à l'audience de considérer que cet état des lieux sommaire nécessite une analyse bibliométrique et des travaux qualitatifs plus approfondis.

Les point d'orgue de cette première journée a consisté à la présentation de produits et/ou concepts scientifiques innovants à travers deux communications.  La première rapportant un procédé permettant l'amplification des acides nucléiques sans thermocycleur. Ce procédé en cours d'élaboration par des chercheurs de l'université de Tübingen et du CERMEL a une capacité de détection des souches de Plasmodies très en dessous des seuils macroscopiques actuels.

Dans la perspective de l'élimination du paludisme un tel procédé s'il est opérationnel sera essentiel dans l´identification et le traitement des porteurs asymptomatiques de plasmodies qui forment le réservoir majeur de la transmission du parasite. La seconde communication a fait état de l'intérêt de la voie alterne d'activation du macrophage comme mécanisme diagnostic et thérapeutique de la tuberculose ; aussi une équipe du CERMEL travaille à l'élaboration d´un test diagnostic basée sur l'identification de biomarqueurs. Certaines plantes issues de la pharmacopée Gabonaise seront testées avec l'hypothèse qu'elles agissent sur le macrophage par la voie d'activation alterne.  

Le reste de la journée est demeurée scientifiquement riche avec la revue et mise à jour des connaissances à propos de l'implication des infections parasitaires dans le processus de carcinogenèse et de la survenue du cancer chez les Hommes. Des communications scientifiques ont fait état de l'évaluation de test de laboratoires pour le diagnostic des plasmodies dans la salive et de tests moléculaires et immunologiques visant le diagnostique des maladies virales.

D'autres ont mis au jour les protocoles d'étude, les difficultés de mise en œuvre d'essais cliniques thérapeutiques antimalarique et antituberculeux. Le panel de discussion de la première journée a insisté sur la nécessité d'établir des interactions permanentes entre les étapes de découverte/élaboration des biens de santé et leur développement d'une part et de la nécessaire et vitale « intrusion » de l'essai clinique dans les usages de la pharmacopée africaine.  

Enfin le déjeuner de travail de la journée (sur invitation) a abouti au manifeste de création d'une société Africaine des essais cliniques : cadre académique, scientifique, technique et promotionnel des essais cliniques en Afrique sub-Saharienne et de l'accélération du développement de bien de santé à fort potentiel pour cibler les problèmes de santé en Afrique sub- Saharienne

2eme Journée de

Travaux Scientifiques

La seconde journée a débuté par des communications scientifiques rendant compte de l'innocuité et de l'immunogénicité de candidats vaccins en cours de développement. Pour le candidat vaccin contre Ebola rVSV-ZEBOV, ce sont les effets potentiels du vecteur rVSV à induire/booster de façon non spécifique les anticorps circulants dirigés contre des virus autre que celui d'Ebola qui a fait l'objet des débats.

Pour les candidats vaccin :   VARCSA2-ID1-ID2 contre le paludisme placentaire chez la femme enceinte, Na-APR-1 M74/alhydrogel et Na-GST-1 M74/alhydrogel contre l'infection à ankylostome due au Necator americanus et GMZ2 contre le paludisme, ce sont les réponses immunes spécifiques et l'innocuité qui ont été présenté. Ces derniers ont tous induit des réponses immunes encourageantes et présenté des profils d´innocuité acceptables.

Au titre des techniques moléculaires et immunologiques, des communications ont porté sur la caractérisation de la diversité génétiques des cytochromes chez le sujet Africain et de l'identification de ces dernières dans le cadre de la pharmacovigilance ; de la surveillance de la chimiorésistance d'antimalarique et de techniques immunologiques de mesure appropriée des réponses humorales dirigées contre l'infection à plasmodium et par suite de l'administration d'un vaccin antimalarique.

Le panel de discussion du jour a évoqué l'articulation entre la recherche et la régulation locale ; le cas du Gabon. L'histoire récente a remarqué les incompréhensions, les difficultés de communication ainsi que la nécessité de tenir compte de l'environnement et des exigences et normes internationales.

Le déjeuner de travail a porté à l'attention et aux délibérations des invités les conditions de réalisation du consentement éclairé dans le cadre d'essais cliniques transnationaux et les problèmes liés à l'articulation des normes internationales et d'un cadre juridique, réglementaire national ainsi que les facteurs culturels, sociaux et économiques.  Par exemple, en l'absence d'un cadre réglementaire propre aux pays africains, le consentement éclairé a plus tendance à protéger les partenaires occidentaux des lois de leurs pays qu'a véhiculer une information accessible au participant africain. De même l'assentiment l'expression de la volonté de  l'enfant à participer en plus du consentement de son parent a été peu ou pas du tout pris en compte par les sociétés africaines. Ainsi l'âge de l'assentiment peut varier d'un essai clinique à l'autre selon l'origine du partenaire occidental.

A l'unanimité les invités ont confié à la future société africaine des essais cliniques de porter le projet de l'harmonisation des pratiques liées au consentement éclairé et a l'assentiment.

3ème Journée de

Travaux Scientifiques

Au quatrième et dernier jour du congrès, une revue de l'état d'avancement de la recherche de moyens diagnostic, thérapeutique et préventive contre le virus Ebola a capté l'attention des congressistes.

Enfin économistes de la santé et démographes ont consécutivement présenté les sources et mécanismes de financement de la recherche biomédicale au Gabon ainsi qu'un système de suivi démographique et sanitaire dans la région de Lambaréné et ses applications pour la recherche biomédicale et les interventions de santé publique.